Après vous avoir présenté la morphopsychologie, il est temps de passer à la pratique ! En étudiant quelques profils récurrents, vous pourrez observer un visage d’un individu et comprendre plus facilement sa personnalité.

 

Les 4 grandes classes de la morphopsychologie

 

Nous vous avons parlé dans l’article précédent des visages dilatés (les traits se tendent vers l’extérieur et indiquent une ouverture, une sociabilité) et des visages rétractés (la forme est plus étroite, somme si les traits se renferment et se protègent). Ces informations seront utiles pour ce qui va suivre.

 

Pour commencer, la morphopsychologie vous propose quatre profils principaux :

 

a) Le visage  du lymphatique

Dotés souvent de traits relâchés (particulièrement dans la partie inférieure du visage), les individus ayant un visage lymphatique sont généralement des bons vivants, des personnes confiantes et ancrées dans la réalité.

 

b) Le visage du sanguin

Avec une forme ovale ou plutôt rectangulaire, les visages sanguins correspondent à des profils passionnés. Ils peuvent avoir une zone médiane assez étendue, une mâchoire forte et une bouche aux lèvres charnues.

Le nez et les yeux peuvent être larges et prononcés, ce qui donne un facies équilibré.

 

c) Le visage du nerveux

 

Voici un profil type pour les visages rétractés ! Un des signes les plus faciles à noter est la bouche fine, tandis que le front peut paraître volumineux et courbé. Le bas du facies se réduit en pointe, montrant les formes des pommettes et de la mâchoire. Le menton peut être court et proéminent.

Les visages nerveux sont généralement associés à des personnes émotives, et versées dans la réflexion et les pensées abstraites.

 

d) Le visage du bilieux

Très facile à reconnaître de par sa forme carrée, les personnes qui ont un visage bilieux ont principalement des traits fermes, bien dessinés, et surtout bien déssinés. Les personnes dotées de ce facies donne souvent un sentiment de force voire de domination et de présence. 

 

Comment utiliser la morphopsychologie 

 

Maintenant que vous connaissez les principaux profils, voici comment affiner votre analyse en observant les éléments du visage.

 

a) La mâchoire et la bouche.

Si le sujet est doté d’une mâchoire large et carrée, cela communique généralement une résistance face aux épreuves. Etudiez aussi l’angle de la mâchoire : si celui-ci est grand, le sujet a normalement un esprit d’initiative fort. Dans le cas où l’angle d’ouverture est plutôt arrondi, le sujet sera davantage dans la réflexion et la prise de recul.

Concernant la bouche, des lèvres fines et serrées transmettront un sentiment de fatigue et de réserve. Si la bouche est grande en revanche, le sujet est parmi les profils dilatés et a l’habitude de communiquer, de dévoiler ses émotions.

 

b) Les yeux et le nez

Commencez par regarder la taille et l’ouverture des yeux : plus ils sont larges, plus vous avez affaire à un profil dilaté et donc enclin à sociabiliser. Vous pourrez ensuite mesurer cette ouverture en notant à quel point ces yeux sont en profondeur dans leurs orbites (plus c’est le cas, plus la personne est encline à l’intériorisation).

A propos du nez, plusieurs observations intéressantes sont possibles : s’il est droit et bien dessiné, le sujet devrait démontrer un esprit d’initiative et une capacité à bien comprendre son environnement. S’il pointe vraiment vers l’avant, c’est là aussi un indicateur de dilatation et donc de sociabilité, tout comme l’allongement des narines.

 

c) Les joues et les oreilles

Si vous avez des pommettes situées à la hauteur du visage, vous êtes peut-être porté par la spiritualité et à la recherche de tendresse. Si vos pommettes sont basses, votre recherche d’affection devrait être plus charnelle.

Des joues bien prononcées (donc dilatées) peuvent indiquer de la tension, un besoin de se sentir en sécurité. Si les joues sont plutôt creuses, le sujet recherche moins cette affection et préfère fréquenter des individus « fiables », c’est-à-dire qui le mettront en confiance.

Pour finir avec les oreilles, observez là aussi leur taille : une oreille large démontre une forte capacité sensorielle, ce qui peut être un signe d’extraversion. La personne est plus amène à communiquer avec l’extérieur et à agir dans son entourage.

A l’opposé, une oreille petite et rétractée décrira une introversion ainsi qu’un éveil artistique. Prenez le temps de regarder aussi le lobe : si celui-ci est détaché, le sujet peut être très alerte et attentif.

 

La morphopsychologie : 

un bel art et un bel outil, ni plus, ni moins.

 

Rappelons que la morphopsychologie est une science complémentaire : elle ne prétend pas déceler les secrets de la vie d’un être humain. Ne pensez donc pas être doté d’une méthode permettant de mieux manipuler les gens.

Bien utilisée en revanche, elle aidera à constater l’ouverture et la sensibilité d’une personne : vous comprendrez mieux votre entourage et pourrez créer davantage de connexions.

Ainsi, la morphopsychologie est une aide formidable si vous désirez sociabiliser efficacement ! A vous de l’utiliser de la bonne façon.

 

 

Et vous, quel est votre profil ?


Catégories

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez  nos articles bien-être !

Envoyé !

Réalisation & référencement

Connexion